L'exposition qui débutera le 15 novembre 2018 au Centre Culturel André Malraux d'Agen invitera deux artistes, Pauline Jurquet et Benoit Rouer, que la complémentarité et l'engagement ont réunis dans une réflexion autour de «l'empreinte de l'âme».
Par le biais d'une proposition pluridisciplinaire, ils présentent une série d'œuvres éloquentes jouant principalement sur le phénomène de l'ambiguïté avancé par le thème lui-même.

Trompes aux allures animales, peaux d'écailles ou de dentelles, les œuvres en céramique de Pauline Jurquet matérialisent l'empreinte sous la forme d'un motif à répétition. Le visiteur est confronté à l'équilibre troublant du grès et de la porcelaine, expression d'une métaphore insolite autour de la représentation du visible et de l'invisible.

Par un ensemble d'écrits retraçant les événements issus de sa vie personnelle, Benoit Rouer établit un parallèle entre l'expression du sentiment poétique et le ressouvenir. Au cœur d'un univers intime, il associe des œuvres picturales et la conscience de l'âme à l'effacement d'une image dont l'empreinte ferait déjà partie d'un monde disparu.



                                                                                                                                                                                                                Série "Abondances" (2018)
                                                                                                                                                                              En fond, Série "Lagomorphes" (Benoit Rouer)


                                                        
                                                                                                                                            
Puissance 4 (Installation 2017)                                                                                                                                                                                Photographie: Louis-David Sultan




                                                                                                                                                      
                                                                                                                                                                     HLM 1 (Installation 2015)

 

"Si l'art  n'était encore que la  profonde caricature de nous-mêmes, qu'il  puisse pourtant faire jaillir de nos mains  un univers lumineux, donnant à notre existence et à la matière que nous travaillons sans relâche, un peu plus d'amplitude et de voix".
                                                                               

              

                         


                                                                                              
    Il n'y aurait pas de chemin, pas de frontière.
  A travers deux éléments, - le grès, la force brute, - la porcelaine, clarté, fragilité de lumière : 
une intimité.
  Il n'y aurait pas de limite. Il n'y aurait qu'un langage, deux mondes à réunir, d'une pièce à l'autre 
un voyage, une aventure au fil de la terre.



                           
                                                Chapelle de la Persévérance, Pau, septembre 2018


*